• Cindy

Péripéties d'une maman solo, épisode 7 (Petite virée à la mer)


Lundi 12 avril 2021


Cher Journal,


Mais qu’est-ce qu’ils ont fait du bien ces quelques jours à la mer ! Franchement, j’avais oublié ce que c’était de faire une petite escapade hors de chez soi ! Je ne te parle pas des centaines de balades que je fais depuis le premier confinement du mois de mars 2020 (après tout, c’est devenu l’activité « in », pas vrai ?!). Non, non, je te parle de réellement prendre un peu de vacances ! Ce n’était plus arrivé depuis le mois d’août...


Je me rends compte qu’il est difficile de prendre un vrai jour « off » quand on reste à la maison. J’ai beau me dire : « Allez, aujourd’hui je ne travaille pas, je fais cool », eh bien, dans les faits, je n’y arrive quasi jamais. Oui, je vais aller me promener, regarder l’enregistrement de Koh-Lanta (impossible de regarder en direct, il y a autant de temps de pub que d’émission !), lire un peu au soleil… mais inévitablement, à un moment de la journée, je vais allumer mon ordi et bosser, pendre une lessive, passer l’aspirateur, ou toute autre joyeuseté de ma « never ending to-do list ».


Ça faisait des mois qu’on réfléchissait à partir quelques jours avec une amie, son fils et ma grenouille. Nous avions suffisamment bavé devant les innombrables photos de la mer qui défilaient sur Facebook lors du congé de Carnaval ! C’était notre tour, merde quoi !


Il faut dire que j’adore la mer. La puissance et la sérénité qu’elle dégage ont quelque chose d’apaisant. Si ça ne tenait qu’à moi, je resterais assise des heures à regarder le va-et-vient des vagues. Je me rends d’ailleurs très souvent sur la côte lorsque je visite ma famille en France. Mais ça faisait un bon bout de temps que je n’avais plus vu notre belle mer du Nord (et ses derniers terrains vagues).



Ni une, ni deux, je me lance donc dans de vastes recherches sur internet et finis par dénicher une petite maison bien sympathique, à Bredene. (N’étant pas une grande experte de la côte belge, j’apprendrai plus tard que cette station balnéaire est très connue pour sa (ses ?) plage(s ?) nudiste(s ?)… un fait apparemment connu de tous ceux à qui j’ai mentionné notre destination, hem, hem…)


Mais alors que le départ approche, je commence à paniquer légèrement… Non que j’aie peur de poser ma serviette à côté d’une famille à poil, mais lorsque j’ai fait la réservation, je n’ai pas pensé au fait que les frontières seraient encore fermées pour les vacances de Pâques et que la quasi-totalité de la Belgique serait donc répartie entre deux endroits : les Ardennes et la mer. (Qu’on nous envoie au moins quelques beaux mecs à Bredene alors, hein !)

De plus, la semaine qui précède notre périple vers le nord affiche des températures records pour la saison (vingt-cinq degrés !). « Bonne nouvelle », me diras-tu. Oui, sauf que la côte belge est prise d’assaut. Les journaux télévisés montrent des plages et des digues bondées. Ostende ferme même l’accès aux nouveaux visiteurs.


Oh. My. God.


Pour le coup, on hésite à annuler. Il est clair qu’on n’a aucune envie d’aller s’empaqueter le long de la mer (surtout à Bredene !) en temps de Covid. Et en même temps, on a vraiment besoin de ce bol d’air et on la mérite, cette petite évasion ! On décide donc de maintenir, en se disant qu’au pire, on ira à la plage en-dehors des heures d’affluence !


Seulement voilà. En Belgique, tu peux littéralement perdre vingt degrés en trois jours…

Le soir même, alors qu’ils viennent de parler des vagues de touristes à la côte, ils annoncent que les températures vont drastiquement diminuer. Ils annoncent un temps pourri à partir du lundi, et nous partons (je te le donne en mille…) le mardi. Nan, mais, sérieux ?! D’accord, j’ai pas envie de me balader sur le sable en mode « je fais la file pour le Space Mountain », mais de là à sortir les combis de ski, y a quand même un juste milieu quoi !



Du coup, on se met à délirer un peu en imaginant les selfies qu’on va prendre, emmitouflés comme si on était à la montagne, et c’est là que me vient l’idée d’emmener les luges ! Après tout, les dunes, c’est bien pentu, non ?! Nos deux ados sont évidemment ultra-partants…


Le mardi en fin de matinée, on se met en route. La voiture donne l’impression qu’on part pour deux semaines : valises, sacs de nourriture, trottinettes, skateboards, cerf-volant, jeux de société, oreillers et… luge ! (Oui, oui, on la prend vraiment avec nous !). On allume la radio et c’est partiiii ! « Vamos a la playa, oh, oh, oh, oh, oh ! » (OK, non, j’avoue, j’ai pas trouvé de chaîne qui jouait ce morceau…)



À part un petit détour par le camping voisin (la faute à Waze), nous arrivons sans encombre à destination. La maison est très sympa, si ce n'est la forte odeur de clope… (Je n’avais pas capté que l’annonce disait « chambres non-fumeur », j’avais juste retenu « non-fumeur »… un peu débile vu l’agencement de la maison, mais bon…) On s’installe à l’aise, et puis hop ! direction la plage ! C’est qu’on veut la voir, la mer ! (A priori, vu les cinq degrés qu’il fait, il ne devrait pas y avoir grand monde à poil, si ?!) Effectivement, à l'exception d'un mannequin un peu flippant (tu te souviens de « Chucky » ?) placé sur l’avant d’une devanture, tout le monde est emmitouflé un max !


Nuages, soleil, vent, on y est !! Youhouuuu !!! On respire à fond l’air iodé, cheveux au vent, on sort le cerf-volant, on avance au bord de l’eau… on se fait cingler par une averse de grêle, aussi rapide qu’efficace (le mélange grêlons et vent est décapant, c’est peu de le dire, hé, hé !), mais c’est pas grave ! Deux minutes plus tard, le ciel bleu est de retour… (Mesdames et Messieurs, bienvenue en Belgique !)



Le lendemain, on se rend au Coq, une station très sympa et à cinq minutes en voiture. On commence par une séance de cuistax (l’orthographe de ce mot restera un mystère à jamais) sous un ciel bleu et je décide de me joindre à nos ados (qui ont finalement plus mal aux jambes que moi, hé, hé, vive le Spinning !). Après tout, qui a dit que c’était réservé aux enfants !? Non, mais !


On se dirige ensuite vers la plage, et le moment tant attendu arrive : la désormais célèbre luge sur dune. C’est qu’on était déterminés à essayer ! (Enfin, surtout nos deux grenouilles…) Les voilà donc, luges sous le bras, en route vers le bord de mer, sous le regard intrigué des passants… Le premier essai s’avère infructueux, et j’avoue que ma pote et moi, on se dit qu’on va gentiment ramener les luges à la voiture (surtout parce qu’on n’a pas envie de se les coltiner toute la promenade), mais nos garçons ne sont pas prêts à lâcher l’affaire. Ils repèrent une dune plus lisse et font une deuxième tentative. Et… eh bien, ça marche ! Ou plutôt, ça glisse ! Les voilà qui dévalent la pente à tour de rôle. Évidemment, je tente le coup aussi. Ho ! J’allais pas passer à côté de ça quand même !


En vrai, on trouve que ça sonne vachement bien, « la luge sur dune » (essaye de dire ça dix fois d’affilée…), il y a clairement un créneau à explorer ! (On a déjà réfléchi à des tenues spéciales, des tire-fesses, tout ça, tout ça…)



Bref. On a vraiment passé un beau petit séjour. Entre cuistax, balades au bord de l’eau, séances de luge et cornets de frites (ah ja hein, une fois), on a profité à fond de cette escapade. Je me rends compte à quel point on a besoin de faire ce genre de pauses. Et au final, le temps était parfait… Suffisamment beau pour qu'on puisse en profiter, suffisamment froid pour que toute la Belgique ne se confine pas à la côte (et qu’on ne soit pas traumatisés à vie par la plage de Bredene…).


Note à moi-même : M’obliger à prendre de vraies journées off ! (Dixit la fille qui a travaillé sur sa chronique un dimanche, hem, hem…)


Allez, j’te laisse, j’ai encore du taf sur la planche !


À pluche !


C.




Tu souhaites recevoir les prochains épisodes directement dans ta boîte mail, pour n'en manquer aucun ? Il suffit de t'inscrire ici !

11 vues0 commentaire